Zoom sur le faux travail pendant la grossesse

Le faux travail peut sembler décourageant pour certaines femmes enceintes qui attendent avec impatience l’arrivée de leur enfant. Cependant, en considérant le côté positif, ces fausses contractions sont un signe de préparation au travail, vous permettant ainsi de vous préparer mentalement et physiquement. Dans cet article, découvrez tout ce que vous devez savoir sur le faux travail.

Qu’est-ce qu’on entend par le faux travail ?

De temps en temps, il peut concerner de 5 à 12 % des femmes enceintes. Alors, qu’est ce que le faux travail exactement ? Il s’agit de contractions utérines qui n’ont pas d’effet sur la dilatation du col de l’utérus. Elles sont douloureuses et peuvent être régulières. Habituellement, la femme enceinte ressent une douleur intense au niveau de la partie inférieure de l’abdomen. Ces contractions ne s’intensifient pas avec le temps et, grâce à la prise d’un antispasmodique prescrit par le médecin, elles finiront par cesser.

Quelle est la différence entre le faux travail et les contractions d’accouchement ?

Il peut être difficile pour une femme enceinte de faire la distinction, surtout lorsqu’il s’agit de sa première grossesse, et même avec la deuxième, cela n’est pas toujours évident. L’examen obstétrical et la surveillance par un médecin ou une sage-femme sont les seuls moyens de déterminer l’efficacité réelle des contractions. Voici les trois types de contractions que vous devez connaître :

  • Les contractions utérines du faux travail : temporaires et n’évoluent pas avec le temps. Il suffit de prendre du repos, et elles disparaîtront.
  • Les contractions du travail : de plus en plus régulières, parfois très longues et fréquentes. Peu importe votre mouvement, elles continueront de s’intensifier.
  • Les contractions de Braxton Hicks : non douloureuses, elles se présentent sous forme de durcissement du ventre, mais un simple changement de position peut les faire cesser.

Quand est-il nécessaire de se rendre à la maternité ?

Il est normal pour une future maman de réagir précipitamment lorsqu’elle ressent la moindre douleur dans son ventre au 9e mois de sa grossesse. Est-ce le moment de l’accouchement ? Pourquoi ne pas se rendre à l’hôpital immédiatement ? Détendez-vous, ce n’est que le début du travail, pas la peine de se précipiter. Cependant, avant de vous rendre à l’établissement d’accouchement, prenez le temps de contacter le service maternité par téléphone. Ils évalueront votre situation et détermineront si vous devez vous rendre immédiatement sur place ou non. La phase du travail peut être un peu longue, donc cette simple précaution peut vous aider à mieux vous préparer et à éviter des allers-retours inutiles et fatigants.

Cependant, vous devez être attentives aux signaux d’alerte indiquant le début du travail. Tout d’abord, soyez attentive à la douleur : les contractions sont-elles régulières, intenses et répétées toutes les cinq minutes depuis au moins une heure ? Y a-t-il des pertes de sang ? Ensuite, surveillez la rupture de la poche des eaux et la perte du bouchon muqueux. Si ces signes sont déjà présents, alors préparez vos valises et partez à l’hôpital. Restez calmes et ne vous inquiétez pas, tout se passera bien.